header-eatinerances

Blog

salade-grecque

Trois salades d’été en van

Cuisiner dans son van ? Ce n’est pas toujours évident ! Et encore moins de bien manger quand on est sur la route. Alors aujourd’hui on vous partage 3 recettes de salades d’été très faciles à réaliser, avec pas ou très peu de cuisson.

L’idéal pour un vrai repas, gourmand mais léger quand l’été bat son plein !

cordelette
recettes-instinctives

Qu’est ce qu’une recette instinctive ? Tout simplement une recette pour laquelle on ne délivrera pas de proportions en particulier, ou encore de méthode toute faite.

La cuisine est une affaire de goût et de sensibilité. Notre souhait, c’est de vous inciter à développer votre créativité culinaire.

Pour cela, on vous invite vraiment à réinventer les recettes partagées ici, à utiliser ce que vous avez à disposition, à ne pas vous sentir bridé par les ingrédients qu’on vous donne… C’est ça la cuisine : être curieux, débrouillard et inventif ! Et c’est surtout toujours se faire plaisir et écouter son ventre.

 

illustration-tomate
Panzanella-texte
recette Panzanella
Aux fourneaux !

Traditionnellement, cette salade italienne est composée de pain rassis, de tomates, d’oignon, de concombre et de basilic.

Le pain est normalement mit assez tôt dans la salade, ce qui fait que c’est un peu détrempé… Mais nous, ce qu’on aime c’est quand il est encore croustillant, tout juste gorgé du jus des tomates. Alors on le frotte avec une gousse d’ail, on l’arrose d’huile d’olive et on le fait gentiment griller au four. L’astuce est ensuite de l’ajouter au dernier moment dans la salade.

Pour le reste, on met effectivement de bonnes tomates mûres à souhait, du concombre, de l’oignon nouveau ou de l’oignon rouge, et des herbes. Ça peut être du basilic, mais aussi très bien du thym, de la sarriette, de la marjolaine…

Et pour finir, un filet d’huile d’olive, et un peu de fleur de sel.

Basta ! Le bonheur en toute simplicité
La touche des chefs

Les italiens crieront au scandale, mais si vraiment vous êtes gourmands comme nous, on pourra ajouter une belle mozzarella, ou encore quelques copeaux de parmesan.

Illustration - concombre
Salade-grecque
Aux fourneaux !

Pour le coup, et bien que la recette puisse varier d’un endroit à l’autre, de notre côté on reste plutôt traditionnels. Quelques tomates taillées grossièrement, un concombre, de la feta (LA BASE), et des olives (on ne jure que par les kalamatas ). L’oignon est tout de même ici remplacé par de la cébette, mais on varie en fonction de ce qu’on a sous la main ! L’oignon rouge taillé finement fait parfaitement le boulot également.

Pour l’assaisonnement : un bon filet d’huile d’olive, un peu de sel (point trop n’en faut avec la feta et les olives) et on termine avec quelques herbes aromatiques.

La touche des chefs

Comme dit précédemment, on fait particulièrement attention à l’assaisonnement dans ce genre de salade qui comprend des ingrédients déjà salés. Et ici, le seul ingrédient qui mérite vraiment d’être salé, c’est le concombre. Etant principalement composé d’eau, il a un goût un peu fade s’il est mal assaisonné.

C’est un produit qu’on sale automatiquement en amont, et surtout séparément des autres ingrédients. La quantité de sel et le temps de salage varieront évidement en fonction de la recette préparée et du résultat souhaité.

Par exemple, pour un tzatziki (on reste dans les spécialités grecques 😉), on cherchera à faire dégorger le concombre, c’est à dire lui faire “cracher” son trop-plein d’eau. Alors que pour la confection d’une salade composée (comme celle ci), on ne cherchera pas spécialement à le faire dégorger, mais plutôt à maîtriser son goût tout en gardant son côté frais et croquant.

Cette façon de faire permettra d’avoir un assaisonnement du produit idéal pour lui (sa copine la tomate n’a pas les mêmes besoins !) et à cœur.

L’assaisonnement général de la salade sera donc plus juste et maîtrisé
Salade-grecque
Point produit

Les olives de kalamata sont cultivées à Kalamata en Messénie et à proximité de la Laconie, toutes deux situées sur la péninsule du Péloponnèse. Ce sont de magnifiques olives bien dodues et de couleur violet foncé.

La feta, la vraie, est fabriquée avec au moins 70% de lait de brebis et 30% de lait de chèvre. Au supermarché au trouvera principalement des similis feta au lait de vache, et autres “fromages méditerranéens au bon lait de brebis ” (qui ont des emballages bleus et blancs pour faire penser à la Grèce…). En soit, ce n’est pas un problème de manger ce genre de produit, mais prenons bien conscience que :

  1. Ce n’est pas de la vraie feta, dont l’appellation est maintenant protégée (la Grèce a tout de même mis 10 ans avant d’obtenir son AOP).
  2. On n’aide pas à la préservation et la valorisation d’un savoir faire artisanal et ancestral, qui mérite d’être encouragé

Là où ça nous chagrine vraiment, par contre, ce sont ces fameuses “fetas” aux herbes de Provence qui ne viennent même pas de Provence… On marche vraiment sur la tête…

Donc si vous êtes dans une démarche de choix conscients de votre alimentation,  conseil N°1 : regardez les étiquettes et les appellations Et conseil N°2 : préférez la feta artisanale plutôt qu’un produit industriel. Vous pourrez retrouver des authentiques fetas dans les épiceries fines, les boutiques en ligne et les fromagers chez qui le sourcing est poussé. On vous recommande Profil Grec.

Haricot
Niçoise-texte
Salade niçoise
Aux fourneaux !

Aaaah la salade niçoise… Tant de discorde autour de cette salade emblématique de Nice ! Et on va probablement froisser les apôtres intransigeants de la recette authentique, mais cette fois-ci, on vous propose une variante pas très orthodoxe ! On reste fidèles à nous même :

une recette est vivante et pas statique, elle doit évoluer en fonction des produits disponibles, et de nos envies également

Dans notre version il y a :

  • quelques haricots verts juste croquants
  • des fines tranches d’oignon rouge et des lamelles de poivron rouge (brûlé au chalumeau puis débarrassé de sa peau). L’ensemble arrosé d’une marinade chaude au vinaigre, qui vient assaisonner et délicatement cuire le tout.
  • Des œufs durs
  • Du basilic
  • Des belles crevettes cuites (sorry to say, mais c’est quand même plus sympa que les anchois 😆)

Bon, alors, il faut bien admettre : c’est presque criminel d’appeler cette salade du (très protégé) nom de “salade Niçoise”. Et ce parce que, comme vous le découvrirez juste en dessous, cette dénomination est sérieusement contrôlée…

L'histoire

À l’origine, la salade Niçoise était la salade “du pauvre”. Plutôt sommaire, elle était composée de tomates arrosées d’huile d’olive, de cébette (variété d’oignon), et de quelques anchois. Avec le temps, elle a été améliorée et parfois transformée en tout et n’importe quoi (faute à des gens comme nous 😅).

Sachez qu’aujourd’hui, des associations se battent pour défendre la cuisine Nissarde, et veillent à ce que le terme « salade Niçoise » ne soit pas utilisé à tout va. Le Cercle de la Capelina d’Or, par exemple, est un comité de défense soutenu et même subventionné par la mairie de Nice. En collaboration avec l’union départementale des offices de tourisme et syndicats d’initiative, ils se sont entendus sur une quinzaine de recettes locales fondamentales et délivrent un label “Cuisine Nissarde” selon certains critères à respecter.

Mais revenons à notre salade Niçoise… Déjà, il faut savoir que c’est une recette saisonnière, elle ne devrait être réalisée et proposée en restaurant qu’entre mi-juin et fin juillet. Soit au moment où tous les ingrédients sont disponibles et au mieux de leur qualité.
Certains de ces ingrédients sont fondamentaux, comme les tomates, les œufs durs, les anchois, le thon, les cébettes, les olives noires de Nice, et le basilic.
D’autres, comme les févettes, les artichauts violets crus, les cœurs de céleri et les petits poivrons verts allongés, devraient figurer dans la salade, mais sont moins essentiels.
Il n’y a donc aucun élément cuit dans la salade niçoise à part les œufs durs. Et les puristes ne mettent pas de salade, mais acceptent un peu de mesclun.

Pour l’assaisonnement, on frotte le plat avec une gousse d’ail, on arrose d’olive et on sale. On peut éventuellement ajouter du poivre et un peu de vinaigre, sans être taxé de traître ou de mauvais plagiat.

Alors pourquoi, quand on parle de salade Niçoise, on pense aux haricots verts et aux pommes de terre ???

Eh bien c’est la faute à Auguste Escoffier en personne (pape de la cuisine française – 1846-1935), qui avait eu l’idée « sacrilège » d’ajouter ces ingrédients. Il faut savoir qu’il est né à Villeneuve-Loubet, une commune séparée de Nice par une rivière… N’étant pas un « vrai » Niçois, sa version a fait un véritable tollé dans le monde de la cuisine Niçoise.

cordelette
Prêts à dégainer votre tablier ? On attend de voir vos versions de ces 3 délicieuses salades !

Pour découvrir nos autres recettes, c’est par ici

picto-tablier-vert
Un petit clic pour épingler l’article sur Pinterest 
Recettes salades été
Salades- recettes en van
Salades été recettes

Post a Comment

logo-eatinerances
à propos
Eric et Claire eatinerances

Quand 2 cuisiniers décident de tout plaquer pour partir en Eatinerances…

Picto croix eatinerances
Picto croix eatinerances
Le groupe FB
Eat the road Jack
Picto croix eatinerances
Picto croix eatinerances