header-eatinerances

Blog

10 commandements cueillette

Cueillette : les 10 commandements

Avant de parler recettes à base de plantes comestibles, il est primordial de dire quelques mots sur la cueillette. Alors que certaines règles de base tombent sous le sens (pour notre propre sécurité par exemple), d’autres sont plus subtiles et nous amènent à adopter une conduite respectueuse de la Nature (parce que c’est notre devoir de la protéger). Notre souhait est de vous partager notre passion pour les plantes, mais aussi de vous ouvrir à encore plus de conscience. Voici nos 10 commandements.

cordelette
titre- 1commandement

On ne cueille que ce dont on est sûr ! On ne rigole pas avec les plantes toxiques

Illustration- champignons
titre- 2eme commandement

On fait appel à son intuition et ses instincts : une couleur bizarre ou une odeur désagréable, ce sont le genre de détails qui doivent faire tilt. Ne vous inquiétez pas, la cueillette est justement une activité idéale pour se reconnecter à des savoirs primitifs que nous avons malheureusement fini par oublier. Plus on pratique, plus on prend confiance !

Mélilot
Mélilot
Sureau-cueillette
Sureau
Capucine- cueillette sauvage
Capucine
titre- 3eme commandement

On cueille en quantité limitée, que ce soit sur un lieu (l’idée n’est pas de le piller…), ou sur une plante. Il faut pouvoir lui permettre de se remettre de cette agression, et continuer à vivre. Et aussi, on laisse de quoi manger à nos amis les animaux.

Illustration - papillon
titre- 4eme commandement

On est délicat, on évite de blesser la plante au maximum du possible, donc on coupe en section nette (pas forcément besoin de ciseaux, il y a juste un coup de main à prendre). Et surtout, attention à ne pas arracher les racines en tirant !

titre- 5eme commandement

On ne cueille pas d’espèce ménacée, en voie d’extinction, ou, plus facile à déterminer, si elle est rare à l’endroit où on se trouve.

Cueillette sauvage
Sapin
Cuillette-primevère
Primevère
bourgeons pissenlit
Pissenlit
Logo - Marque

On récolte que ce dont on a besoin dans l’immédiat. Clairement si on ne sait pas ce qu’on va faire de la plante, ça ne sert à rien de la prendre et la laisser vieillir au frigo. L’idéal est de la consommer fraîche, ou de la préparer/mettre à sécher le plus vite possible pour en préserver les bienfaits et propriétés.

Illustration - fleur pissenlit
Logo - Marque

On fait attention à ne pas récolter au bord d’une route, sur des lieux susceptibles d’être pollués, ou alors de cueillir des plantes qui auraient pu être aspergées aux pesticides, désherbants et autres produits toxiques (dans ou aux abords des champs et vergers par exemple).

titre- 8eme commandement

En règle générale, on évite de déraciner une plante, à moins que ce ne soit justement la racine qui nous intéresse.

Dans ce cas, on ne le fait que si cette espèce est très répandue et présente en abondance.

Illsutartions -racines
titre- 9eme commandement

On fait attention à bien trier et laver la récolte : on a vite fait de cueillir une plante toxique par inadvertance et de la glisser dans le panier. Donc on réexamine toute la cueillette !

Nopalito - Figue de Barbarie
Nopal
morilles champignons
Morille
fragon cueillette
Fragon
titre- 10eme commandement

On fait attention à la législation, on se renseigne sur les lieux de cueillette autorisés, on demande l’autorisation au propriétaire du terrain…

titre- bonus

Les plantes sont sensibles et très intelligentes ! La science nous l’a déjà démontré, et n’a pas fini de faire des découvertes extraordinaires…

Alors agissons avec respect : demandons la permission à la plante avant de cueillir, et remercions-la pour son cadeau.

La reconnexion à la Nature, ça passe aussi par notre attitude face à cette dernière. N’oublions pas que nous faisons partie d’un tout.

On ne peut que vous inviter à aller à sa rencontre avec le cœur grand ouvert et de belles intentions.
Illustration main

sagesse ancestrale

” La présence en chaque végétal d’une tension électrique entre un pôle positif et un pôle négatif est perceptible à celui qui s’en donne la peine.

Éloignez-vous de votre maison ou de votre immeuble. Tentez de dénicher un coin de verdure où la nature a été préservée, où poussent encore des plantes intactes sur un sol inviolé. Un jardin public ou une zone de culture industrielle ne feront pas l’affaire, car il faut que votre apprentissage se fasse avec des plantes dont la croissance a été harmonieuse et naturelle. Plus tard, vous saurez éprouver la peine de celles qu’on a couvertes de sulfates, noyées d’engrais chimique et d’insecticides, entourées d’herbicides. Celles qu’on a empêchées de célébrer avec les insectes fécondants ces noces qui unissent les végétaux aux animaux.

Quand vous avez trouvé l’endroit idéal, vous devez d’abord apprendre à toucher les plantes. Attention, il ne s’agit pas de les empoigner, de les manipuler, mais de les caresser comme on le ferait pour un animal domestique, un chiot ou un chaton encore fragile. Allongez-vous sur le sol et effleurez l’herbe. Faites glisser dans vos mains le rameau d’un jeune arbre. Faites courir votre paume sur la circonférence d’un buisson.

Prêtez d’abord attention à vos sensations tactiles. Vous devez prendre conscience du velouté de cette feuille, de la rugosité de cette surface ligneuse, de la souplesse de cette tige. À présent, il faut affiner votre sensibilité. Vous courber davantage vers les principes même de la végétation. Devenez le minuscule insecte pour qui la plante est grande. Sentez-vous au bout de vos doigts ces infinitésimales dents de scie qui bordent le brin d’herbe ? Pouvez-vous éprouver le relief des veinules par lesquelles la sève irrigue la feuille? Au début, cela paraît difficile, mais croyez-moi : bientôt, si vous vous concentrez suffisamment, vous pourrez prendre le pouls des plantes, vos capteurs tactiles reconnaîtront les fluides qui parcourent les nervures.

Il est temps de passer à l’étape suivante. Vous allez à présent, au lieu d’effleurer la plante, vous contenter de laisser votre main à quelques millimètres. Au début, vous ne sentirez rien. Puis, peu à peu, pour certaines plantes seulement, vous vous rendrez compte qu’une sorte de courant passe du végétal à vos doigts, comme un fluide électrique très ténu, qui n’aurait pas besoin d’un contact pour circuler, de même que l’aimant n’en requiert pas pour exercer sa force d’attraction. Renouvelez souvent l’opération, jusqu’à ce que cette conscience qui vous vient s’affine, s’aiguise et se stabilise.

A présent, vous saurez recevoir le message des plantes. En réalité, je ne vous ai rien appris. Ces connaissances étaient déjà là, en vous, mais vous les aviez oubliées. Vous pouvez désormais, comme le faisaient les Celtes, enlacer les arbres pour en recevoir cette énergie qui vient de la terre, écouter les plantes chanter ou gémir, et absorber, comme si votre peau était un radio télescope, les ondes venues d’elles.

N’oubliez jamais que les plantes ont leurs propres capteurs, et qu’elles peuvent ressentir votre état, d’une manière telle que les mots et les concepts humains ne peuvent entrevoir en l’état actuel des connaissances scientifiques. Ce qu’il importe de retenir, c’est que nous sommes capables d’une véritable communication avec le monde végétal. Voilà ce que professe le peuple de la Terre.

Il en résulte que, lorsque vous irez prélever des simples à des fins médicinales, vous saurez que telle plante n’équivaut pas à telle autre plante de la même espèce. Branchez vos capteurs : vous pourrez distinguer celle dont la matière et l’esprit sont fatigués et endoloris, de sa voisine, dont les principes conviendront mieux à votre médecine. Quand l’homme-médecine part dans les prairies pour y procéder à la cueillette, les plantes se désignent à lui autant qu’il les choisit. Leur choix est mutuel.”

Signature Wallace Black Elk
cordelette
Prêts à explorer ce nouveau monde qui s’ouvre à vous ?

Pour découvrir de belles recettes à base de plantes sauvages, c’est par ici 

picto-hat
Un petit clic pour épingler l’article sur Pinterest 
Plantes sauvages et comestibles
10 commandements cueillette
cueillette 10 commandements

Post a Comment

logo-eatinerances
à propos
Eric et Claire eatinerances

Quand 2 cuisiniers décident de tout plaquer pour partir en Eatinerances…

Picto croix eatinerances
Picto croix eatinerances
Le groupe FB
Eat the road Jack
Picto croix eatinerances
Picto croix eatinerances